Beach Shark

Mots-clefs

,

Titre original : Sand Sharks
Titre alternatif français : Les Dents de la plage (ou pour être plus précis : Beach Shark : les dents de la plage)

Réalisateur : Mark Atkins
Avec : Corin Nemec, Brooke Hogan, Vanessa Lee Evigan, Eric Scott Woods, Gina Holden…
Durée : 87 minutes
Année de production : 2011
Origine : USA

Histoire : Un tremblement de terre sous-marin réouvre un énorme cratère sous la surface de l’océan. Cette faille délivre un dangereux prédateur préhistorique piégé depuis des millions d’années. Quelques temps plus tard, près de l’île de «White Sands», un groupe de jeunes organise une fête sur la plage. L’un d’eux se fait mordre par ce qui semble être un requin des sables. Mais cela est-il possible ?

Ma chronique : Comme le fait de s’attaquer aux humains dans la mer est apparemment devenu has-been depuis une dizaine d’années, les requins du petit et grand écran s’attaquent désormais à nous un peu n’importe où. On les croise maintenant dans les lacs (Shark 3D, 2011), dans les centres commerciaux (Bait, 2012), dans les tornades (Sharknado, 2013) ou encore dans la neige (Snow Shark et Avalanche Sharks, 2011 et 2014). En comparaison, ceux qui nous intéressent aujourd’hui risquent de vous décevoir (oui, ils sont plusieurs bien que le titre français soit au singulier), puisqu’ils se contentent de rester sur les plages.

Avec un titre pareil, on se doute qu’il s’agit d’une production souhaitant miser tout sur le fun, sans se prendre trop au sérieux. Et de ce côté, le cahier des charges n’est qu’à moitié rempli.
On a effectivement droit à des attaques relativement fréquentes, une bonne dose d’humour noir, ainsi que deux-trois passages assez sanglants. À ce propos, j’ai trouvé particulièrement drôle la scène durant laquelle Corin Nemec fait son possible pour sauver une femme coupée en deux après avoir été croquée par un requin (ce qui inclut remettre ses boyaux en place) ! La dernière partie est elle aussi sympathique, quoique peut-être trop inspirée du final de Piranha 3D (Alexandre Aja, 2010).

Cependant, il faut savoir que même si elles sont nombreuses, les attaques des requins des sables manquent de variété. On a ainsi toujours droit au même refrain : je sors du sable, je te bouffe, je retourne sous le sable. De plus on est aujourd’hui habitué aux requins mutants, et ceux de Beach Shark peinent à se démarquer de leurs nombreux cousins. Le scénario manque également cruellement d’originalité, on se retrouve avec une énième reprise du postulat des Dents de la mer (Steven Spielberg, 1975), c’est-à-dire un grand évènement organisé sur une plage d’une petite ville américaine, et ce malgré la présence de dangereux requins (le pognon ayant la priorité sur les victimes potentielles).

Néanmoins, à défaut de varier leurs attaques, les requins ont au moins le mérite d’avoir un look au top (Cristina Cordula leur donnerait au moins un 8/10) ! Je dois dire que leur peau brune d’aspect rocailleuse et ces quelques épines qu’ils ont sur le corps m’ont beaucoup plu ! Par contre les effets spéciaux donnant vie à ces créatures sont loin d’être une réussite, comme c’est malheureusement fréquemment le cas dans ces films à destination de la TV.

C’est sans surprise que nous retrouvons Corin Nemec, qui s’éclate au passage dans son rôle d’un détestable organisateur de fêtes, face aux requins des sables. Il faut dire que le monsieur est un habitué des téléfilms d’agressions animales depuis quelque temps. En revanche, la présence de Brooke Hogan, la fille de Hulk Hogan, est plus surprenante ! Mais il faudrait peut-être s’habituer à la voir un peu plus souvent dans ce type de productions, car la jeune femme a débuté une petite carrière d’actrice en 2009 ! On peut même la retrouver dans un second téléfilm d’attaques de requins : Sharks – Silencieux et mortels (aka 2-Headed Shark Attack, 2012).

Malgré un flagrant manque d’originalité, Beach Shark reste, au final, tout à fait regardable grâce à un humour noir très présent et un bon rythme qui le sauvent du naufrage complet. Il y a des requins téléfilmesques bien plus intéressants que celui-ci à pêcher dans l’océan des DTV, pire aussi, donc à vous de voir si vous souhaitez perdre votre temps avec celui-ci plutôt qu’un autre.

Autour du film :

Blu-ray, DVD et VHS :
Beach Shark est disponible en France depuis le 18 juin 2013 au format DVD. Le téléfilm existe également au format Blu-ray en Allemagne dans une version uncut d’approximativement 95 minutes (en langage anglais/allemand avec sous-titres allemands/hollandais uniquement).